Aller au contenu. | Aller à la navigation

Frasnes-lez-Gosselies
Sections
Vous êtes ici : Accueil Ma commune Villages Frasnes-lez-Gosselies

Histoire

Des vestiges du néolithique, des époques celtique et romaine ont été mis à jour.
Le village appartenait au duché du Brabant. En 1160, Godefroid III, comte de Louvain, lui accorda les mêmes lois, franchises et libertés qu'à la ville de Louvain. On estime que cette année-là est celle de la fondation de la localité. Jusqu'en 1559, elle dépendait du diocèse de Liège et après cette date, du diocèse de Namur. En 1099, un prieuré fut fondé par des moines bénédictins venus de l'abbaye d'Afflighem. Mais en 1162, Gauthier de Fontaine et Gilon de Trazegnies le pillèrent. Il avait été donné à l'abbaye d'Afflighem. La seigneurie passa aux comtes de Perwez, puis aux de Nassau, et aux de Trazegnies (18ème siècle). Le prieuré avait son hôpital (1180), affecté exclusivement au service des pauvres.


Baudouin d'Aulne, évêque de Simgalen en Courlande consacra la chapelle Notre Dame du Roux le 18 août 1237 en l'honneur de la Vierge Marie. Il fixa la fête de la consécration au dimanche qui suivait la fête de Saint Barthélémy. Il jeta ainsi les bases d'une dévotion qui s'est maintenue à travers les siècles.
Le prieuré souffrit beaucoup pendant les guerres entre Brabançons et Liégeois. Incendiée en 1549. Négligée, elle tomba en ruines. Charles Quint intervint personnellement auprès de l'Abaye d'Afflighem pour le rétablissement de la construction. Les réparations ne furent faites qu'en 1565, mais à cause des guerres, elle fut finalement abandonné. Le village fut incendié en 1649 et 1677.


La chambre échevinale : c'est le domaine du prieuré, le plus ancien, qui a été doté le premier d'une cour échevinale avec son Mayeur, ses sept échevins, son greffier, son receveur, son sergent. Elle s'appelait " Cour Monsieur Saint Pierre " ou "Cour Saint-Pierre ". La fondation de la ville (vers 1160) nécessite la création d'une deuxième cour, appelée " Cour de la Franchise ", " Cour de la Bourgeoisie " ou " Cour de la Ville " et " Franchise de Frasnes ". Au 16ème siècle, sous le mayorat de Daniel del Haye et même selon certains auteurs, elle était appelée familièrement " Cour del Haye ". Le seigneur désignait Mayeur et échevins parmi les grands de la ville, donc en fait les fermiers, tandis que le greffier et le receveur étaient choisis parmi les gens ayant une certaine compétence et qui, souvent, venaient du dehors. Les séances se tenaient en la chambre échevinale, près de l'Encloître, aujourd'hui remarquable vestige de l'architecture civile rurale du Moyen Age. Dans un livre censal des recettes et dépenses du prieuré, on trouve trace des dépenses de réparation et d'entretien de la chambre échevinale, au même titre que les frais de gages et d'habillement du sergent du cloître. Les cours scabinales garderont pendant sept siècles sur tous les habitants un pouvoir très étendu, administratif, policier, fiscal et judiciaire. Pour les affaires qui concernaient toute la communauté, elles se réunissaient ensemble, collégialement, c'est-à-dire les deux Mayeurs, les 14 échevins et le greffier, lequel était souvent commun aux deux cours ; elles prenaient alors des décisions communes.
 

En 1830, plusieurs habitants se portèrent volontaires lors de la révolution nationale. La localité a toujours eu une vocation agricole et quelques grosses fermes se partageaient les surfaces cultivées. Au 19ème siècle., le nombre des briqueteries était assez important.
1876 marque l'inauguration de la voie ferrée passant à Frasnes ( tronçon : Nivelles -Fleurus). C'est le 1er septembre 1952 que passa le dernier train.

Actuellement, Frasnes-lez-Gosselies est le centre administratif de l'entité. Plus de 3000 personnes y résident.

 

Actions sur le document